Cultiver son autonomie, naviguer dans la jam

Dimanche 16 décembre 2018 à 15h30 à la MJC des Allobroges.

Réservation en ligne 17€ (ou 19€ sur place) + adhésion :

Je m'inscris !

Si l’on considère l’autonomie non pas comme une capacité à se débrouiller seul.e, mais comme une capacité à choisir ses liens, ses dépendances, ses influences et appuis, alors le défi de renforcer son autonomie dans l’espace de la jam correspond pour moi à un chantier excitant de conscientisation et de discernement de ce qui influence nos danses.

Loin de nous couper des autres et de l’espace pour évoluer seul.e dans des danses isolées du reste du monde, il s’agirait plutôt d’élargir la palette de nos ressources, et appuis disponibles, pour être à tout moment en capacité de choisir ce qui nous danse. Un choix situé en dehors du mental et du jugement, mais ancré dans nos désirs et notre capacité à répondre aux sollicitations.

Dans cet atelier, nous partirons des stimuli internes pour évoluer petit à petit dans des espaces de relation aux autres et à l’environnement. Nous observerons et expérimenterons ce qui nous fait danser, et nous poserons la question de nos choix, de nos influences à chaque moment : à quels stimuli est ce que je me rends disponible? Qu’est-ce qui dans l’espace, dans la danse de l’autre m’influence? Comment une rencontre vient-elle impacter ma trajectoire? Quel choix je fais face à une stimulation? À quoi dois-je me fermer pour ouvrir cet espace de relation? Puis-je ouvrir cet espace de relation sans fermer mon attention à d’autres espaces (internes, environnementaux)? Est-ce que je peux m’exercer à ouvrir mon champs attentionnel à ce qui m’entoure en restant connecté à mon fil interne?

Autant de questions à explorer pour soutenir en nous une certaine liberté de cheminement et de nous laisser surprendre par la diversité de trajectoires attentionnelles pouvant coexister dans l’espace de la jam.

Aline Fayard (Grenoble) : danseuse, pédagogue, exploratrice de l’attention par le mouvement.

La pratique de la danse, le mouvement fait partie de ma vie depuis toujours. Je découvre ses joies à l’âge de 12 ans, par la danse africaine, puis rencontre le contact improvisation et l’improvisation dansée en 2005. Je me nourris alors de différentes rencontres avec des pédagogues, dont Jules Beckman, Patricia Kuypers, Isabelle Uski, Catherine Contour, Anne Garrigue.

Après un premier parcours professionnel de 5 ans en tant qu’accompagnatrice et formatrice pour adultes dans le champs de l’éducation populaire, je décide en 2014 de mettre le mouvement au centre de mes activités. Je m’engage alors pleinement dans la pratique du Mouvement Authentique (je me forme notamment auprès de Mandoline Wittlesey, et Linda Hartley), de la danse et des pratiques somatiques, tout en continuant de me nourrir de matière théorique. Aujourd’hui impliquée dans plusieurs associations grenobloises autour de l’improvisation dansée, je développe des activités de transmissions et de création artistique en tant que danseuse, performeuse ; le mouvement authentique soutenant ces différents pôles d’activités. J’aime tisser des ponts entre la pensée et la pratique, et continue de chercher une manière de contextualiser mes pratiques et de les inscrire dans une visée globale d’émancipation individuelle et collective.